01_PlaineVillageWere2009

Plaine, village Were, 2009

 

Les villages dogons sont situés soit au pied de la falaise, soit sur les éboulis ou parfois sur le plateau. Ils ne sont accessibles, dans la majeure partie des cas, que par des sentiers pédestres escarpés. Par l’emploi de matières in situ pour ses constructions, l’architecture dogon s’inscrit parfaitement dans le paysage environnant. Elle est considérée comme traditionnelle tant sur le plan esthétique que par son adaptabilité au site et au climat. La caractéristique essentielle de toutes ses constructions réside dans le fait qu’elles sont érigées à mesure d’homme. Le corps humain détermine les dimensions et les proportions de tout objet architectural de même que l’organisation de l’espace habité et fonctionnel. Les greniers forment la partie la plus emblématique des villages dogons dont certains servent à entreposer les grains durant la période d’hivernage et d’autres, aux besoins vitaux de chaque famille. Quant aux togunas, chaque famille en possède un pour ses réunions. Il s’agit d’un abri qui permet une aire d’ombre et sert de lieu de repos. Puis le toguna imposant (casa palabre), qui surplombe le village, fait office de lieu de rassemblement où les sages du village prennent les décisions concernant l’avenir de la communauté qu’ils représentent. D’une hauteur approximative d’un mètre, ce lieu de réunion oblige les sages à demeurer assis, quelle que soit l’ampleur des débats.

02_EscarpementVillageBanani2009

Escarpement, village Banani, 2009

 

03_Plateau_villageKoududah2009

Plateau, village Koududah, 2009