Le vêtement et l’architecture présentent des convergences manifestes et soutenues, au-delà de la spécificité des modes d’expression de chacun des corpus. Maryla Sobek

Les concepts

Bien que la mode et l’architecture fassent partie de l’environnement quotidien de l’individu occidental actuel, il importe de préciser le sens de certains termes et concepts de base. Ces définitions font d’ailleurs état de mon intérêt pour la fonction sociale, voire anthropologique, des objets du corpus.

Le vêtement désigne tous les objets conçus pour couvrir le corps. Il remplit et répond à trois fonctions principales : la première, plutôt naturelle et utilitaire, la protection du corps, surtout pour les parties les plus vulnérables ; les deux autres, plus symboliques, la parure et la décence. Au cours des siècles, depuis la préhistoire même, ces trois fonctions ont été différemment hiérarchisées en vertu des codes de conduite culturels et imposés par le pouvoir en place.

La mode est un concept moderne apparu au moment de la révolution industrielle qui provoqua l’accélération foudroyante des changements formels et stylistiques du vêtement. La mode, qui ajoute un « surplus » esthétique et symbolique au vêtement, a gagné de l’ampleur avec les sociétés démocratiques.

L’objet-vêtement désigne le produit conçu par un couturier ou un créateur et dont la fonction esthétique prime sur sa fonction utilitaire, quoique celle-ci ne soit pas oblitérée. De plus en plus, grâce aux innovations concernant les formes, les proportions, les méthodes de fabrication, la structure de l’étoffe et la couleur, le vêtement « unique » est considéré un « objet d’art ».

L’habitation, comme le vêtement, répond aux trois types de fonction.

L’architecture est « l’art » de concevoir et de construire des édifices selon des codes spécifiques et elle témoigne d’une évolution idéologique, stylistique et technologique.

L’objet-architecture peut être précurseur d’un style architectural et ainsi influencer la forme même de l’habitation.

Au même titre que l’objet-architecture, l’objet-vêtement délimite un espace, les deux étant érigés sur une structure porteuse (pour le premier, la charpente, pour le second, le corps humain). Cependant, l’objet-architecture établit les limites d’un espace habituellement collectif et plutôt public à la vue de tous, alors que l’objet-vêtement, quoique porté pour être vu, circonscrit un espace individuel, privé et plus intime. Les deux agissent comme signes, comme producteurs d’effets plastiques et symboliques qui témoignent des valeurs idéologiques dominantes du moment, parfois même contribuent à les implanter, et toujours, marquent le statut social de l’usager. Or, pour Henri Lefebvre, dans La production de l’espace, l’architecture non seulement délimite, mais aussi « construit » un espace en tant « qu’unité théorique qui relie l’espace mental et l’espace culturel, l’espace social et l’espace historique ». J’avance que chaque objet-vêtement construit un espace au même titre que l’objet-architecture ; cette construction étant tout autant de l’ordre immédiat et physique que de l’ordre symbolique, et pouvant être abordé dans le cadre de ce que Lefebvre qualifie « de science de l’espace ».

Ainsi, l’objet-vêtement se définit comme une habitation, voire une pièce d’architecture à échelle humaine. En outre, l’objet-vêtement dispose d’une portée esthétique, temporelle qui réfère au savoir, à la technique et au progrès. Finalement, tout comme l’objet-architecture, l’objet-vêtement sert de support dans une démarche identitaire et, par extension, politique.

Il s’agit de l’extrait de la thèse de doctorat portant sur l’interrelation entre l’architecture et le vêtement de Maryla Sobek soutenue en 2006.

Pour consulter le document, veuillez adresser une demande à Maryla Sobek :<contact@marylasobek.info>.

Pour citer l’extrait de l’article, veuillez utiliser les normes de l’Université du Québec à Montréal :

http://www.guidemt.uqam.ca/citer/principes-generaux

Pour citer la version numérique de cet article, utiliser l’adresse suivante :

http://www.marylasobek.info/index.php?/proj-rech.